Lignes quotidiennes

Lignes quotidiennes
Dernier ouvrage paru : Pleine Lune sur Bagdad : http://pleinelunebagdad.blogspot.fr/

mercredi 30 janvier 2013

La chronique économique : Guerre des monnaies, le retour

_
Le Quotidien d'Oran, mercredi 30 janvier 2013
par Akram Belkaid, Paris
 
Après plusieurs mois de discrétion, voici que le thème de la guerre des monnaies refait son apparition au point qu’il a constitué l’un des principaux sujets de conversation durant le Forum de Davos. En effet, plusieurs personnalités du monde des affaires et de la finance s’inquiètent d’un retour en force des politiques monétaires destinées à affaiblir les devises (rappelons que la politique monétaire concerne d’abord les taux d’intérêts et que c’est par leur biais qu’elle peut avoir une incidence sur la valeur de la monnaie). On le sait, de telles politiques servent le plus souvent à remettre sur pied des compétitivités usées par la crise. La règle est simple : une monnaie dépréciée permet le plus souvent aux exportations de rebondir.
 
LE JAPON MIS EN CAUSE
 
Jens Weidmann, le très influent président de la Bundesbank, la Banque centrale allemande, fait partie de ceux qui ont tiré la sonnette d’alarme. Pour lui, l’interventionnisme des pouvoirs politiques a pour conséquence directe la perte d’indépendance de nombreuses banques centrales. Ces dernières seraient ainsi encouragées, voire forcées, à manipuler les taux d’intérêts ainsi que la masse monétaire afin d’affaiblir leurs monnaies nationales et, par conséquent, relancer les exportations. Pour le patron de la «Buba», symbole par excellence de la Banque centrale indépendante et garante de l’orthodoxie monétaire, la planète économique serait désormais menacée par une série de dévaluations compétitives. Une arme destinée à contrer les effets de la crise mais qu’aucun Etat membre du G20 n’a jusqu’à présent utilisée.
 
Dans cette polémique montante, le Japon fait figure d’accusé alors que, jusqu’à présent, la Chine et d’autres pays émergents (Brésil, Argentine…) comptaient parmi les principaux mis en cause. Il est vrai que depuis plusieurs semaines, la Banque centrale du Japon (BoJ) a annoncé son intention de fixer à 2% ses objectifs d’inflation. Ce qui, de manière mécanique, revient à mettre en place une politique monétaire dont l’un des effets sera d’affaiblir le yen. C’est du moins ce que pensent de nombreuses capitales qui craignent que le Japon ne s’engage dans une série de dévaluations compétitives pour réduire son déficit commercial. Il faut dire que la situation de l’Archipel est des plus préoccupantes en la matière.
 
En 2012, le déficit commercial nippon a ainsi atteint le chiffre historique de 77 milliards de dollars. De nombreuses entreprises, parmi lesquelles les emblématiques Toyota et Panasonic, ont appelé le gouvernement du Premier ministre Abe à prendre des mesures pour enrayer la baisse de leur compétitivité. Une perspective qui inquiète les concurrents du Japon à commencer par la Chine et la Corée du Sud. De son côté, le gouvernement japonais s’est défendu de toute manœuvre monétaire mais la baisse progressive du yen, depuis le mois de novembre dernier, conforte les soupçons de Pékin et Séoul. Dans le même temps, Tokyo a eu beau jeu de rappeler que le yuan chinois est considéré comme étant volontairement sous-évalué tandis que l’euro, de par les parités fixes qu’il a imposées aux monnaies européennes, a largement profité aux exportations allemandes.
 
UN DEBAT QUI N’EST PAS CLOS
 
De manière incidente, ce débat sur la politique monétaire japonaise remet au goût du jour celui sur l’indépendance des Banques centrales. Entre la fin des années 1970 et la crise de 2008, cette indépendance a fait figure de dogme incontournable y compris pour des pays en développement. Le ralentissement de l’économie mondiale et l’explosion du chômage aux quatre coins de la planète ont rebattu les cartes. De plus en plus de pouvoirs politiques estiment qu’il est de leur devoir de reprendre en main la politique monétaire quitte à être accusés de «fabriquer» de l’inflation (affaiblir une devise, c’est aussi favoriser une augmentation de l’inflation). En tout état de cause, ce débat est loin d’être terminé d’autant que les partisans de l’indépendance des Banques centrales se sont tout de même accommodés des politiques non conventionnelles suivies par ces dernières depuis 2008 (rachat de dettes des Etats, sauvetages de banques commerciales, etc.).
_

كانت تونس تستحق مصيراً أفضل، لكنّ الأوان لم يفت بعد

_


خلال احياء الذكرى الثانية للثورة التونسية (أف ب)
أكرم بلقايد
 
مرّت سنتان تقريباً على سقوط بن علي، وزوجته وعشيرته... وماذا بعد؟ ويتساءل البعض: ما الجدوى من ذلك؟
فالخيبة تظلّل الأجواء، بشكل واضح، ما يحبط المجتمع التونسي، وتحمل معها الملاحظة التي يفكر فيها الكثيرون بدون أن يقولوا ذلك بوضوح: ألم يكن الوضع أفضل من قبل؟
الشعوب متقلّبة نعرف ذلك. تنسى ألم الماضي ومعاناته لأنّ ما تعيشه يومياً يبدو لها أصعب أو لا يتناسب مع آمالها.
لا بدّ إذاً من قول ذلك وتكراره؛ كلا، لم يكن الوضع أفضل قبلاً!
فتونس بن علي، أرض المخاوف والاتهامات ونهب الأموال المستشري، كانت تتجه مباشرة نحو الهاوية. بضع سنوات إضافية من الحكم وكانت هذه البلاد لتختبر سيناريو مختلفاً تماماً، أكثر فظاعة وأكثر دموية. لكنّ المشكلة تكمن في أنّ الثورات غالباً ما تُقاس بنتائجها.
نعرف الحكاية: ردّ الزعيم الصيني تشو إن لاي على الدبلوماسي الفرنسي الذي سأله إن كان يعتقد أنّ الثورة الفرنسية غيّرت مجرى التاريخ العالمي بالقول إنّ «الوقت ما زال مبكراً جداً لمعرفة ذلك».
هذا مؤكّد، فزمن الأحداث التاريخية والزمن البشري مختلفان تماماً. لكن اشرحوا ذلك لمن لم تتغيّر حياته. أو لمن ما زال أولاده، سواء مُجازين كانوا أو غير مُجازين، عاطلين من العمل. قولوا لمن بدأت تتعرض للمضايقة، لأنّها لا تضع الحجاب، إنّها تعيش الاضطرابات التي لا بدّ منها والمترتبة على سقوط النظام الديكتاتوري.
اذهبوا وقولوا لهذا الزوج المُلاحَق بسبب قبلة علنية إنّه لا بد أن ينتهي ذلك كله...
مجتمع مدني في حالة غليان
تونس مقسّمة، تتجاذبها مشاعر متناقضة، كما تلفت إليه الأستاذة الجامعية كمار بندانا في نصٍ حديث.
قلق، غضب، استنكار، ولكن أيضاً إغراءات للتودّد إلى من يتصرّفون كأسياد تونس الجدد، عودة شبه مُقنّعَة لأفراد مافيات الماضي الذين ارتبطوا بأفراد مافيات المستقبل...
أكان من الممكن تجنّب ذلك كله؟ ليس ذلك أكيداً. غير أنّ تونس تكتشف أنّ لديها مجتمعاً مدنياً، بالكاد هو ناشئ طبعاً، لكنه ديناميكي ومصمّم، يناضل رويداً رويداً.
معارك نقابية، صحافية، عمالية، طلابية، وبعض المواطنين العاديين المناضلين. القول إنّ ذلك كله غير موجود بمثابة الكذب والتعتيم عن عمد على هذا المشهد. كل ما في الأمر أننا قلّما نتحدث عن ذلك. تميل وسائل الإعلام المحلية إلى ذلك أكثر بقليل من نظيراتها الغربية، الواسعة النفوذ، لكن المتكاسلة جداً.
ما بين الملتحين المتحمسين والمبادرات الهادفة إلى الدفاع عن تراث فني أو المطالبة بحرية اكتُسِبت بثمن باهظ، نعرف ما هو الخيار الذي سيلقى ترحيباً واسعاً. لا بدّ من التحدث أيضاً عن تونس التي تناضل، التي لا تنوي القبول بتولّي إسلاميي «النهضة» زمام الأمور، وعن عادات بن علي وزمرته. لا بدّ من تقديم المساعدة. لكن أين اختفت حماسة الأيام الأولى؟
دعونا لا نتحدّث عن التونسيين، فلديهم مشاكلهم، بل عن باقي العالم، عن أوروبا التي وعدت بالكثير في شباط/ فبراير 2011، رغبة منها في جعل علاقاتها الماضية وتخاذلها القديم طيّ النسيان...
كلمة واحدة: النضال!
لن تكون طريق النضال مفروشة بالورود بل محفوفة بالتجارب التي لن تتمكن الشعوب العربية من تجنّبها ولن يسَعَها إلا تأجيلها. يكاد الإغراء الإسلامي يكون ممراً لا بدّ منه. ليس اكتشافاً أو مجرّد مؤامرة نظّمها بعض الأمراء الخليجيين المكرشين أو الخرفين.
إنّه يستند إلى وقائع اجتماعية لا يستطيع أحدٌ نكرانها. لكنّ ذلك ينبغي ألا يمنع الكفاح. ألا يمنع العمل السياسي اليومي، والسعي إلى تثقيف الشعوب (كم أصبحت هذه العبارة مبتذلة في حين ما زالت تحتفظ بمعناها)، والدفاع عن التقدّم. باختصار، ذلك لا يمنع النضال. في مواجهة مؤيدي الخطاب الديني والاستبداد، لن تكون الأمور سهلة. في شتى الأحوال، لا شيء بسيط في ما يتعلق بتطور دولة ما ومجتمعها.
كذلك فسّر المفكّر والفيلسوف البريطاني أشعيا برلين أنّه غالباً ما يكون التوفيق في ما بين مُثُل عليا نبيلة كالعدالة، السلام أو الحرية مستحيلاً. بمعنى أوضح، يعني ذلك أنّه لا غلبة مطلقة لأيّ مثلٍ أعلى بدون التشكيك في المُثُل الأخرى. المسألة إذاً تتمثّل في إيجاد التوازن. يتعلق الأمر بالسياسة، لكن أيضاً بفن (الحكم الجيّد) وإرادة العيش المشترك.
كانت تونس تستحق مصيراً أفضل
كما هي حال مصر، تونس عبارة عن مختبر. موضوع الاختبار الأساسي الآن هو معرفة ما إذا كانت الأسلمة قابلة للذوبان في الديمقراطية، أو بشكلٍ أدق إذا كانت الأسلمة قادرة على أن تفضي إلى نظام سياسي يضمن الحق في التمتع بالحقوق الأساسية. حتى الساعة، يميل المراقبون والأشخاص الذين يراقبونهم (التونسيون) إلى السلبية. الترهيب، أعمال العنف، الميل الواضح إلى الاستبداد، هذا ما تحمله معها أحداث الساعة في تونس. لكنّ ثمّة شيئاً آخر.
لتلخيص أقوال تونسي فرنسي مقيم في باريس لكنّه على ارتباط وثيق ببلده الأم، «أكثر ما يلفت هو رداءة النقاش السياسي».
رداءة، قد لا يلقى هذا المصطلح الاستحسان، لكن هذا هو المقصود حقيقة. فالحكومة الخاضعة للنفوذ النهضاوي، قبل تعديل وزاري مفترض، لا تحظى بالإعجاب أبداً، ويبدو أنها تتجاهل مدى إلحاح الإصلاحات الاقتصادية والاجتماعية.
أما بالنسبة إلى نواب المجلس التأسيسي التونسي فقد نجحوا في كسب عداء شريحة كبيرة من الرأي العام. نقاشات لا تنتهي، انتخابات تؤجّل أكثر فأكثر، وفي هذه الأثناء تترتّب تعويضات مالية كبيرة...
ليست الأمور على خير ما يرام في تونس. كانت تستحق مصيراً أفضل، لكنّ الأوان لم يفت بعد. ولا شكّ في أنّ رداءة قادتها الحاليين تمثّل تهديداً.
لكن، من خلال المراهنة على ذكاء التونسيين وإرادة التغيير لديهم، قد يمثّل ذلك مصدراً للتفاؤل من أجل المواعيد الانتخابية المقبلة.
*صحافي جزائري/ تونسي مستقلّ يعمل في مجموعة صحف عربيّة وأجنبيّة، بينها «لو موند ديبلوماتيك». آخر كتاب صدر له: «أن تكون عربياً اليوم» (بالفرنسيّة، عن دار كارنيه دو نور،2011).
** النص منشور في جريدة Maghreb Emergent، عرّبته عن الفرنسية باسكال شلهوب الخوري

Le Qatar, l'Italie, la corruption et la Norvège

_

"L'émir du Qatar, ce n'est tout de même pas le roi de Norvège !" - Mario Monti

Voici une citation qui devrait faire date.

Elle est rapportée par le supplément économie du Monde (daté du 30 janvier 2013). Ces mots ont été prononcés par Mario Monti, l'actuel président du Conseil italien. Selon lui, il aurait demandé un jour à l'émir du Qatar pourquoi son pays n'investissait pas en Italie. "A cause de la corruption" lui aurait répondu le souverain wahhabite (oui, le Qatar est 'l'autre' pays où la doctrine religieuse est le wahhabisme...).

"Choqué, explique Le Monde, M. Monti aurait alors laissé échapper ce cri du coeur, effaré que même le dirigeant d'un pays du Golfe vienne lui donner des leçons de gouvernance".

On peut se demander si Monti était en droit d'être choqué. Pourquoi, après tout, l'émir du Qatar n'aurait-il pas le droit de lui faire la leçon ?  Certes, le Qatar n'est pas la Norvège mais ce pays, contrairement aux idées reçues, n'est pas non plus exempt de reproches (lire ici les informations de wikileaks). Reste que l'Italie demeure l'Italie, avec ses pratiques douteuses, sa mafia et son économie souterraine et cela même si Berlusconi n'est plus au pouvoir...

Mais, dans le même temps, on comprend le trouble du dirigeant italien surtout quand on sait certaines méthodes du Qatar pour obtenir ce qu'il veut. En témoigne ce dossier à charge que le bi-hebdomadaire France Football vient de publier (le Qatargate) à propos de l'obtention de l'organisation de la Coupe du monde 2022 par ce petit émirat. Quant à la crainte de la mafia italienne, il suffit de connaître les pays du Golfe pour savoir que son homologue russe y évolue comme un chameau dans le désert. Bref, il serait intéressant de connaître les raisons exactes de la défiance du Qatar à l'égard de l'Italie.
_

Lobbying : le savoir faire marocain, l'abou-brès algérien...

_
Une ancienne chronique publiée en 2006 et qui me revient en mémoire alors que le Maroc déploie des trésors de savoir-faire pour convaincre l'opinion américaine qu'il est à l'abri des turbulences du Printemps arabe. (Voir à ce sujet, l'opinion d'Edward M. Gabriel, ancien ambassadeur des Etats-Unis au Maroc et aujourd'hui conseiller du Royaume)



La chronique du blédard : Couscoussage et Taginage
Le Quotidien d’Oran, Jeudi 20 avril 2006
Akram Belkaïd, Paris

Un ami originaire de la vallée de la Soummam possède un restaurant dans le centre de la France. Comme ses cousins de la région parisienne, il peut raconter des dizaines d’anecdotes à propos des brimades que lui inflige l’administration ainsi qu’à propos de l’envie que sa réussite peut faire naître chez monsieur Dupont. Contrôles, redressements, lettres anonymes de dénonciation à son encontre – comme par exemple des accusations de recours à des travailleurs au noir – font partie de son quotidien. Cet ami s’est d’ailleurs forgé son propre vocabulaire pour désigner l’une des méthodes qu’il utilise pour faire cesser ces tracas. Quand les gendarmes multiplient les visites pour des motifs futiles, quand les services d’hygiène deviennent par trop tatillons ou quand encore, les représentants de l’appareil fiscal sont trop entreprenants, il a une arme miracle : « je les ‘couscousse’ » me dit-il ce qui signifie « couscous pour tout le monde, vin compris, c’est le patron qui régale ».
 
Le « couscoussage » n’est pas une arme infaillible mais, selon cet ami, elle a le mérite d’éliminer les deux tiers des désagréments. Cette passion pour la nourriture « gratos », surtout quand vins et alcools  sont en prime, est d’ailleurs un péché mignon assez répandu dans l’Hexagone. Un péché parfois à l’origine de bien honteux renoncements.
 
Il y a quelques années, une entreprise s’est mise en grève parce que l’un de ses dirigeants venait d’être renvoyé manu militari, sans aucune explication ni argument si ce n’est son refus de plier devant la bêtise de ses supérieurs voire de ses actionnaires. La crise a duré une semaine, puis les uns et les autres, résignés, ont repris le chemin du travail. Quelques jours plus tard, m’a raconté l’un des syndicalistes les plus en pointe dans la contestation, la nouvelle direction a organisé « un pot ». Au menu charcuteries et spécialités alsaciennes : « Tout le monde ou presque y est allé comme si de rien n’était. La grève était oubliée alors que les affaires du dirigeant viré étaient encore en tas sur son bureau », me précise avec indignation ce syndicaliste.
 
Pour en revenir au « couscoussage », il faut aussi confier que c’est une méthode très employée dans la presse. Les gouvernements ou les entreprises invitent régulièrement des journalistes, tous frais payés. Bien entendu, il y a « couscoussage » et « couscoussage », certains étant plus fins et plus intelligents que d’autres. Dans le meilleur des cas, le journaliste n’a aucune contrainte en matière d’écriture mais c’est toujours difficile de mordre une main qui vous a (bien) nourri. D’autres « couscousseurs » sont de vrais idiots qui ne sont satisfaits que lorsque l’article (gentil) a été enfin publié.
 
Est-ce que l’Algérie officielle a recours au « couscoussage » en France ? C’est rare et c’est souvent, allez savoir pourquoi, contre-productif. Il y a quelques années, me sont ainsi revenus les récits d’une équipée de la presse française dans le désert algérien. Si l’idée était de rendre le pays attractif, ce fut visiblement raté au regard de ce qui m’a été rapporté. Tel grand éditorialiste s’est répandu dans le tout-Paris en évoquant « l’incompétence congénitale des Algériens à développer le tourisme » tandis que d’autres « vedettes » du paysage audiovisuel français (paf) se sont indignées de ne pas avoir été traitées comme leur rang le commandait.
 
Cela étant, de vous à moi, l’Algérie et le « couscoussage » n’ont jamais fait bon ménage. On ne sait pas faire, on s’énerve vite et si l’invité râle un peu trop, qu’il soit acteur ou chanteur, on lui flanque le plateau du petit-déjeuner (avec de la margarine car « makache » le beurre) sur la figure. Et puis, à quoi bon « couscousser » quand le baril s’approche des 80 dollars et que le monde entier est à vos pieds pour avoir sa part du gâteau ?
 
Cette rente permet de se croire invincible, de mépriser les actions de lobbying (qui sont pourtant la clé du monde moderne) et de commettre des impairs stratégiques comme lorsque l’entourage d’un ministre très influent de la cinquième République a sollicité l’Algérie pour qu’il puisse y passer sa convalescence et qu’il n’a jamais reçu de réponse. Le ministre en question en fut quitte pour passer plusieurs semaines dans un magnifique hôtel au pied de l’Atlas où le Palais royal marocain sait si bien traiter ceux dont il entend faire ses obligés.
 
Car le champion toutes catégories du « couscoussage », c’est bien notre voisin marocain. Nulle corruption ni pots-de-vin, mais un savoir faire au service d’un pays afin que son image soit en permanence défendue dans les médias et les milieux d’affaires. Le système d’influence marocain mériterait à lui tout seul une thèse tant il est efficace en Occident et particulièrement en France (mettons de côté l’Espagne pour des raisons historiques évidentes).
 
La méthode est simple. Tout leader d’opinion, tout patron bien en vue, est initié aux charmes (réels) des riads, des mets raffinés (aaah le tagine et la pastilla !) et des randonnées dans l’Atlas. A partir de là, se crée ce que l’on pourrait qualifier de dépendance positive. Et c’est ainsi que vote serviteur s’est entendu dire par un grand patron du CAC 40 qu’il se sentait plus en sécurité au Maroc qu’en France. Se sentir bien dans un pays est une chose, y investir en est une autre. Nombre de pays qui ont dépensé des millions d’euros en campagne d’image le savent mais, dans le cas du Maroc, ça marche.
 
Et pour bien comprendre comment fonctionne le « taginage », il faut lire le dernier livre du journaliste Jean-Pierre Tuquoi (*). Jadis persona non grata en Algérie, accusé aujourd’hui par le Makhzen d’être à la solde des Algériens, ce confrère relève notamment qu’alors « que le royaume est un partenaire économique mineur et un acteur déclinant sur la scène internationale, il reste une sorte de lieu de pèlerinage obligé pour les membres du gouvernement [français], quelle que soit d’ailleurs la couleur politique de ce dernier ». Cela explique en partie la bonne image du Maroc en France car, à coup sûr, le « taginage » surclasse, et de loin, le « couscoussage ».
 
(*) Majesté, je dois beaucoup à votre père. France-Maroc, une affaire de famille, Albin-Michel, mars 2006, 17,5 euros
 
 
Retouvez une sélection de 50 chroniques du blédard dans : La France vue par un blédard, Editions du Cygne.
 
_

mardi 29 janvier 2013

Note de lecture : Un médecin d'Oran dans la guerre de libération

_

A Lire la note de lecture sur le site Lectures

Soraya Medjbeur Benyelles, Un médecin d’Oran dans la guerre de libération

Akram Belkaid
Un médecin d'Oran dans la guerre de libération
Soraya Medjbeur Benyelles, Un médecin d'Oran dans la guerre de libération, Paris, L'Harmattan, 2012, 220 p., ISBN : 9782296994508.
_

Participation à l'émission Les Retours du dimanche

_

Syndiquer le contenupar Agnès Chauveau, Nicolas TruongLe site de l'émissionEmission Les Retours du dimanche
le dimanche de 18h10 à 19h

Ecoutez l'émission49 minutes

Mali : jusqu'où ira le conflit? 0

20.01.2013 - 18:10Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lectureRecevoir l'émission sur mon mobile
Mali : jusqu'où ira le conflit? (cliquer ici pour écouter l'émission)
Invité(s) :

Bertrand Badie, professeur à l'IEP de Paris, chercheur associé au CERI
Akram Belkaïd, journaliste et essayiste, spécialiste du monde arabe
Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, professeur invité, Institut de Hautes Études Internationales et du Développement et Centre de Politique de Sécurité de Genève
    
_

lundi 28 janvier 2013

Les Algériens et le legs de Houari Boumediène

_

C’est un morceau de discours trouvé sur le site chouf-chouf. Cela se passe en 1973 lors d’un discours de Houari Boumediene, alors président du Conseil de la Révolution et, de fait, président de la RADP, comprendre la République algérienne démocratique et populaire (les formalistes préciseront qu’il n’a été élu Président de la République au suffrage universel qu’en décembre 1976 avec 99,5% des voix…). Dans cet extrait vidéo, le numéro un algérien explique à ses compatriotes pourquoi lui – ou les autorités algériennes, ce qui revenait au même – a décidé de leur interdire de se rendre en France pour travailler. Cela tant que « les conditions de sécurité » ne seraient pas réunies. Pour mémoire, c’était l’époque où les Algériens de France, notamment ceux qui vivaient dans le sud de l’Hexagone, subissaient des actes racistes, souvent mortels. C’était aussi la période où des soldats perdus de l’ex-OAS commentaient des attentats contre des intérêts algériens notamment des consulats. Cela avait provoqué de graves tensions diplomatiques entre les deux pays, Alger accusant Paris de ne pas lutter suffisamment contre ces actes malveillants. Des tensions qui ne devaient s’atténuer (et encore) qu’après la visite du président Giscard d’Estaing en Algérie (lui aussi, comme François Hollande bien plus tard, avait reçu un cheval en cadeau).

« Préférez manger la terre de votre pays plutôt que d’aller en France (pour y travailler) »… La phrase prononcée plusieurs fois est restée dans les mémoires. Comme on le voit et on l’entend sur les images, à peine prononcée, cette envolée énergique, presque goguenarde déclenche les hourras. Aujourd’hui encore, c’est le genre de discours qui fait bomber les torses algériens et pleurer sur une grandeur perdue. La belle époque de l’Algérie non-alignée, phare du tiers-monde et, pour quelques années encore, la « Mecque » des mouvements révolutionnaires.
 
Pourtant, les choses changent. J’ai partagé cet extrait sur Facebook, obtenant des réactions mitigées pour ne pas dire hostiles. Un peu de nostalgie, bien sûr, mais aussi des critiques virulentes vis-à-vis d’un discours qui, au final, ne faisait que manipuler les Algériens en leur parlant de grandeur et de dignité alors que, justement, ils en étaient déjà privés. Propos d’un internaute : « La relecture a posteriori est un exercice périlleux, mais Houari a une part de responsabilité non négligeable dans le drame actuel. Personnellement je trouve qu'à part flatter notre égo, il n'a pas construit grand-chose ». Un autre est encore plus sévère : « démagogie à l’état brut », juge-t-il.
 
Plus de trente ans après la disparition de Boumediene, il est indéniable que les mentalités algériennes ont changé. Terrorisme, faillite économique, exode massif et permanent des hommes comme des capitaux, l’Algérie n’est pas ce que l’on peut appeler une réussite. Et la responsabilité de Boumediene et de son régime est ouvertement évoquée. Rares sont ceux qui le défendent ou qui lui trouvent des circonstances atténuantes. Mais il faudrait aller plus loin. Peut-être est-il temps de se pencher sur cette période et de ce qu’elle a préparé comme difficultés pour l’Algérie et son peuple. On dira que c’est toute l’histoire du pays qui pose problème. Certes, mais les années 1970’s – celles où tout était encore possible - restent encore sacralisée en comparaison de ce qui a suivi voire même de ce qui a précédé. On dira aussi, c’est un argument qui revient de manière récurrente, que Boumediene avait au moins un projet de société (fut-il bon ou mauvais) en comparaison de ses piètres successeurs. Peut-être, mais il est plus que temps de revisiter cette période de manière plus critique, moins passionnée. Réforme agraire, choix socialiste, industries industrialisantes, nationalisations (y compris celle des hydrocarbures). Est-ce que tout cela était pertinent ? Justifié ? L’histoire aurait-elle pu être différente ? Y avait-il adhésion au projet de Boumediene ? Quels étaient les débats au sein du pouvoir ? Autant de questions qui méritent travaux et recherches.

Liens :

- Pour visionner l’extrait : cliquer ici

 _

samedi 26 janvier 2013

Football algérien : il est temps de remettre de l'ordre !

_
L'Algérie est donc éliminée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) de football. Deux matchs, deux défaites, trois buts encaissés, aucun marqué. Quel piètre résultat... Certes, il reste un match pour sauver (un peu) l'honneur - ce sera contre la Côte d'Ivoire...- mais il est d'ores et déjà possible de dresser un premier bilan. Non pas simplement de cette compétition mais des performances de l'équipe algérienne de football depuis plus de 20 ans.

Le fait est que cette dernière n'a plus rien gagné depuis son titre de championne d'Afrique en 1990 (c'était à Alger...). Bien sûr, la décennie noire explique en partie ces contreperformances. Quand rien ne va, le football ne peut aller. Mais, le mal est plus profond qu'il n'y paraît. Absence de formation, structures défaillantes, niveau du championnat d'une indigence rare, inexistence d'une politique volontariste de détection de jeunes talents et, pour finir, recours systématique aux joueurs (et entraîneurs) professionnels évoluant à l'étranger comme seule stratégie.

Disons les choses de manière simple. La Fédération algérienne de football (FAF) a échoué dans sa mission et il serait temps d'en tirer les conséquences. En d'autres temps, une telle instance aurait été dissoute, ses dirigeants renvoyés avec un coup de pied au derrière, et une structure intermédiaire aurait été mise en place pour prépare la renaissance du football algérien, quitte à se priver de compétitions pendant quelques années. Bien sûr, la FIFA qui est devenue un pouvoir planétaire n'aime pas trop que les gouvernements mettent leur nez dans les affaires des fédérations mais qu'importe. C'est une question de souveraineté et il y va de l'avenir du premier sport d'Algérie.

Il est temps aussi de reconnaître que le recours systématique à des joueurs évoluant à l'étranger n'est pas la solution idéale. Certes, ils apportent avec eux une rigueur et un dévouement qui fait défaut au championnat d'Algérie. Mais, tout de même ! Quel est donc ce football qui ne produit plus de grands joueurs ? Où sont passés les nouveaux Madjer, Belloumi, Assad, et autres Bencheikh, Fergani, Kouici ou même Lalmas et Betrouni ? A qui peut-on faire croire qu'un pays de 36 millions d'habitants est incapable de renouveler ses champions ? Le fait est que le recours aux pros évoluant à l'étranger relève à la fois de la facilité importatrice. C'est l'état d'esprit de l'Algérie des années 2000 : tout importer, du lait aux joueurs de l'EN... Mais c'est aussi le résultat de l'affairisme ambiant autour du football. C'est ainsi, quel que soit le domaine, l'Algérie demeure une affaire de gros sous. Les agents tournent autour de l'EN comme des vautours autour d'une proie car qui dit sélection dit visibilité surtout lorsqu'il s'agit de la CAN, cette foire à bestiaux qui attire les recruteurs du monde entier. En clair, contrats, commissions, rétro-commissions,... et qu'importe le résultat.

Mais parlons aussi identité de jeu. Où est passé le jeu à l'algérienne ? Où sont passés les fondamentaux qui unissaient tout un peuple ? Vivacité, culte de l'attaque et de l'offensive, recours aux petits gabarits, utilisation d'ailiers, etc... On peut rétorquer que le football a évolué et que l'Algérie doit s'adapter. Mais, désolé, si l'EN doit ressembler à une équipe de deuxième division française, alors autant privilégier une vision algérienne du jeu. Au moins aurons-nous la satisfaction d'avoir été battu en étant resté fidèles à nos principes.

Tout cela veut dire qu'il est temps de remettre de l'ordre dans la maison. De virer la clique qui dirige et magouille autour du football algérien depuis plus de vingt ans. Le football algérien a besoin de remise en cause, de travail patient, de dévouement et même de sacrifice. Tout comme l'Algérie, d'ailleurs...
_

Internet and the Arab Spring

_

For those interested in the Arab world and the events that shook it during the last two years, it is important to read the excellent book mentioned in this column (*). Its author, Yves Gonzalez-Quijano, academic, researcher (he teaches contemporary Arabic literature at the University Lumière-Lyon II, in France) and translator, has examined the relationship more complex than we think, between The Arab Spring and the world of digital technologies. As we know, the idea that the internet was at the origin of the revolutions, especially in Tunisia and Egypt, is almost the indisputable truth. And, as the author notes, “being recited in all possible forms, the beautiful story of the Arab revolution of social networks finally take root in the minds to the point of forgetting all prudence”. It is obvious that the Arab uprisings would not evolve in the same way without the influence of the Internet, the blogs, Facebook, Twitter, Youtube and the mobile phones. But the whole point of this stimulating book is to take the distance with common ideas and examine the actual impact of digital technologies on the Arab world and its identity and evolution whether political, religious or society.

The digital roots of the Arab Spring

Yves Gonzalez-Quijano first noted that politics and the opposition to the authoritarian regimes appeared on the internet long before the Arab Spring. In fact, his book is, among other things, an implicit tribute to the pioneers of the Arab cyber-activism. Bloggers, journalists, activists, human rights, dissidents, they all defied censorship and authoritarianism in the image of the deceased Zouhair Yahyaoui who, under the pseudonym “Ettounsi” (The Tunisian) was one of the first despiser of Ben Ali's regime in the early 2000s. This period was important and transitional since it has seen the “e-emergence” of internet bloggers, young Islamists and traditional political activists.  

Concerning cyber-activism, the 2000s were marked by repression, but also a vain agitation and anonymity. The repression was conducted by the authorities whom censored and persecuted activists. And even if these ones had trouble passing from the web-activism to concrete action on the ground, it remains that boiling was real. As examples, the author cites the campaign Yezzi Fock (2005) and the emergence of the collective Nawaat in Tunisia. He cites also the Kefaya (Enough) and April 6th 2008 movements in Egypt as well as the emergence of influential bloggers in Syria, Bahrain and Saudi Arabia. As for anonymity, it was the fact that the West had little interest in these movements. Worse, it has long tended to see in the Arab web-activism a source of threats. In fact, Yves Gonzalez-Quijano recalls that “before the Arab Spring, the web was perceived as a disturbing territory of international terrorism”. At this prevention was added “the belief that the Arab Internet had a very long way to go before it can contribute to change”. The author points also the paradox residing in the fear of an extremist Islam that can tame the electronic flows to trigger the 'war of civilizations'." That, while this (exaggerated) fear often was accompanied by “a willingly contemptuous judgment on the ability of the Arab societies to take advantage” of the web technology.

The controversial reverse of a beautiful story

A chapter of the book examines how and why the Internet and social networks have contributed to the success of the Arab uprisings, especially in Tunisia and Egypt. This decisive contribution certainly reinforces the camp of the “cyber-optimists”, meaning those who basically think that the Internet can do everything including revolutions. The author recalls in this respect the triple liberating impact of new technologies: “speaking and mobilization”, “coordination and organization”, and finally, “documentation and promotion”. In the case of the Arab Spring, this can be summarized by the following triptych: “Facebook to plan events, Twitter to coordinate and YouTube to tell the world”. Incidentally, Yves Gonzalez-Quijano examines some unusual facts of this story: why dictatorial regimes have accepted - even encouraged -, the development of technologies and digital resources that may ultimately destabilize them? “Open or close”, that is there, the author recalls, the famous “dictator's dilemma” set in 1993 by researcher Christofer Kedzie. Another issues are addressed in the book, as why these regimes haven’t “cut-off” Internet in the early days of the protests (knowing that this is what is doing today the Assad’s regime in Syria)?

But one of the major interests of the book is the chapter that follows. It is devoted to “the dark side of the force”, that is to say the disturbing aspects of the beautiful story of the web and the Arab Spring. For Yves Gonzalez-Quijano analyzing the effects of the cyber-policy pursued by the United States and its allies to influence the Arab world is not necessarily giving credit to any conspiracy theory. Yes, he says, many Arab cyber-activists have received - and still have - the support of the West and the risk for them is to loose all credibility. The author notes that “the euphoria of the fall of two old presidents (Ben Ali and Mubarak) allowed to pass on some controversial aspects” of the Arab spring, starting with the aids granted by the US diplomacy, other Western governments “to say nothing of the work of NGOs and other major computer companies”.

Generous funding, training, linking with other cyber-activists close to the West (including the organization Otpor, which had contributed to the fall of Milosevic), ambiguous role of large web companies like Google or Twitter: these are all disturbing elements that question the credibility of many Arab cyber-activists. Protesters “ready to revolt with immense courage against injustice” as the Egyptian blogger Wael Ghonim, but, and this explains perhaps the interest of the United States for them, not necessarily ready to challenge the economic relations between their country and the West. And this is not to say that many of these Arab web-activists have not always been very careful about some of their external support. In the book, we can carefully read the passages devoted to Jared Cohen who made in the mid-2000s, at the age of 23, a trip to the Middle East before drawing a book highlighting “the revolutionary effects of digital development” in the region. After that, Cohen worked for Condoleeza Rice and Hillary Clinton, before leaving the State Department to join Google. His personal involvement in the events of 2009 in Iran then after in the Arab revolts highlights a part of the US influence in these events. Influence, recalls Yves Gonzalez-Quijano, against which Arab bloggers had yet warned. Among them, the Tunisian Sami Ben Gharbia, one of the founders of the Nawaat collective. Sami Ben Gharbia was the author in September 2010 of a manifesto that had a huge impact on the Arab-web. For him, the U.S. support for Arab cyber-activism is both carrying false promises of freedom while being responsible for a negative change in this type of challenge and commitment through “excessive politicization” and “loss of credibility”.

In general, it is clear from reading the book that the Arab world is an excellent study- case for what is to judge whether the contribution of the Internet in political transformations are relevant or not. The problem, is that the optimistic vision tends to always take precedence while there is a school of thought, the “cyber-pessimism”, which warns against exaggerating the benefits of the Internet. Researchers such as Evgeny Morozov and Gladwell Malcomm are categorical: “to overthrow a corrupted regime, free access to information is not necessary or even important”. Clearly, “the revolution will not be tweeted” nor the “clicktivism" (clicking on the computer rather than go to action) will change things.

New identities and resurgence of the Arab Nahda

Yves Gonzalez-Quijano’book highlights other impacts of the Internet on the Arab world. Thus, the web is directly related to the emergence of an Islam “à la carte” and the individualization of religious practices. It is also a field of expansion for the Arabic language. As the author notes, it “has climbed to the French, in seventh place in terms of users on the Web, with the highest growth rates between 2000 and 2011 (2500%) ahead of all other languages”. Arabic has achieved “the highest increase among all the languages ​​on Twitter”, pointing eighth on the micro-blogging platform which has become the preferred social network of Arab Gulf and Middle East. Also, this language is evolving, being simplified in terms of grammar and even experiencing a strange mutation with the emergence of the “Arabizi” which is writing Arabic into Latin characters and figures.
 

Political protest, social activism, reinventing ancient forms of writing, the resurgence of poetry and literature, the rising of identity issues, social relations, questioning the regime’s authority: the Arab world is changing all thanks to digital technology. This creates, says the author, a “new Arab identity” that “somehow extend a process started from the second half of the nineteenth century” namely the Nahda (Renaissance revival or recovery). Blogs, forums, Facebook groups, tweets, all this would, according to Yves Gonzalez-Quijano, lead to the ihya’ and the iqtibâs, that is to say, the revival and borrowing, two major trends of the Nahda during the nineteenth century. The hypothesis is attractive, but it deserves more research. Is the Internet a factor of sustainable progress and emancipation in the Arab world? Is it contributing to the modernization of thought, including the religious one? These questions must be asked because the Web, in this region of the world, as elsewhere, is also synonymous with acculturation or alienation not to mention the fact that it continues to promote the development and dissemination of the most reactionary thoughts.

(*) Yves Gonzalez-Quijano, Arabités numériques. Le Printemps du web arabe, Sindbad - Actes Sud, Paris, 187 pages, 18 euros. You can also consult the reseach-book of the author (Culture et politiques arabes) at the following address: http://cpa.hypotheses.org/

La chronique du blédard : Du pouvoir algérien et de sa non-communication

_
Le Quotidien d'Oran, jeudi 24 janvier 2013
Akram Belkaïd, Paris
 
Pour qui suit et essaie de comprendre les affaires algériennes, qu’elles soient politiques, économiques et bien entendu sécuritaires, il y a une réalité saisissante qui s’est encore manifestée après l’attaque du site gazier de Tiguentourine le 16 janvier dernier. Le constat est simple : quand intervient un événement majeur, on ne sait jamais ce qui se passe exactement. Et, plus grave encore, il est presque certain que l’on ne saura jamais ce qui s’est vraiment passé. Telle est la règle générale dans ce pays où le terme transparence ne veut rien dire. Quelle que soit l’actualité, il y a toujours des versions contradictoires pour l’expliquer cela sans parler des zones d’ombres qui demeureront à jamais. Qu’elles soient sérieuses, fantaisistes ou « complotistes », les thèses, officielles ou officieuses, qui circulent et s’entremêlent ne font donc qu’ajouter au désordre ambiant. A ce jour, sait-on vraiment ce qui s’est passé lors de l’assassinat du président Boudiaf en juin 1992 ? Certainement pas. Que sait-on des drames des années 1990 ? Que sait-on des prises de décisions concernant les grands dossiers économiques (privatisations, dissolutions des entreprises locales, négociations avec le Fonds monétaire international,…) ? De l’affaire Khalifa, que tout le monde semble avoir oublié et qui a marqué dans leur chair nombre de personnes trop vite condamnées ? La réponse est simple : pas grand-chose. Les grandes lignes, peut-être mais guère plus et toujours avec cette oppressante sensation d’être constamment baladé pour ne pas dire manipulé.

 

L’Algérie est cousine de la Corée du Nord, de Cuba et d’autres pays autoritaristes où la vérité est une denrée rare. Quel est donc ce pays qui dispose d’un ministère de la communication, un archaïsme qui n’étonne personne ou presque, et où la moindre information rendue publique est tortueuse, toujours sujette à caution et rarement obtenue de manière aisée ? Des rumeurs, nous en ramassons à la pelle chaque jour ou presque. Pour les informations, recoupées, validées, ne souffrant d’aucun biais, il faut repasser. C’est-là une marque de fabrique du système algérien. Une volonté délibérée d’entretenir le flou, de faire en sorte que rien ne soit sûr pour que, justement, tout soit rendu possible y compris l’impensable. Voilà un beau cas d’études pour les experts en sciences de la communication : plusieurs vérités possibles ou probables pour mieux cacher la vérité et donc pour mieux s’en prémunir…

 

Prenons un exemple. D’où est venu le commando djihadiste qui a investi le site de BP-Statoil ? De Libye comme l’ont assuré – le plus souvent en off – plusieurs responsables algériens ? Ou alors du Mali comme l’a affirmé ensuite le Premier ministre ? Il est possible que ces versions divergentes ne soient rien d’autre que le résultat de la confusion générale qui a entouré cet événement dramatique depuis son début jusqu’à sa fin. Oui, mais voilà. Nous sommes, journalistes ou simples observateurs, tellement programmés à lire entre les lignes que l’on se dit que cela a sûrement son importance et que cela trahit une réalité que le pouvoir algérien souhaite cacher. Laquelle ? Allez savoir… Il suffit juste de se creuser les méninges pour trouver moult explications au fait qu’Abdelmalek Sellal a parlé du Mali plutôt que de la Libye. Idem pour les nationalités des assaillants. On commence par se demander s’il y avait des Canadiens ou pas mais, très vite et en raison de versions contradictoires qui circulent du côté d’Ottawa, on en arrive à s’auto-intoxiquer. De quoi faire oublier les questions basiques. Exemple, comment a-t-on pu déterminer la nationalité des membres du commando ?

 
Autre question, à propos, cette fois, de la guerre au Mali. Pourquoi donc est-ce par la bouche de Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, que les Algériens ont appris que les Rafales pouvaient emprunter l’espace aérien de leur pays ? Voulait-on leur cacher cette information, comme on tait de délicats secrets devant des enfants que l’on ne souhaite pas associer aux choses sérieuses ? Quel genre de raisonnement voulait-on faire naître dans la tête d’Algériens ? Ou alors, est-ce peut-être que personne n’a pensé qu’il était nécessaire d’informer le peuple de choses qui, pourtant, le concernent aussi.

 

L’attaque de Tiguentourine est un épisode traumatisant. Des hommes ont perdu la vie. Leurs familles sont dans la douleur et l’effroi. De nombreux Algériens, sortis indemnes de ce cauchemar, vont devoir vivre avec un stress post-traumatique qui n’arrangera pas un quotidien déjà difficile. De même, cette prise d’otages meurtrière restera comme un grand moment d’humiliation. Humiliation parce que l’on pensait que les sites d’hydrocarbures étaient mieux protégés que cela. Humiliation parce qu’une chape de plomb a recouvert ces événements. Parce qu’il a fallu s’informer ailleurs, via des canaux interlopes, certains étant plutôt enclins à désinformer ou à stigmatiser les Algériens. Etait-ce aussi difficile que cela que de mettre en place un dispositif d’urgence pour répondre à toutes les questions qui se sont posées ? Etait-ce aussi difficile que cela que de communiquer pour rassurer une population soudainement renvoyée au souvenir des années noires ? Etait-ce aussi difficile que cela que de respecter les inquiétudes – légitimes, on ne le répétera jamais assez – des gouvernements étrangers à propos du sort leurs ressortissants ?

 
Hélas, le fait est que cette opacité est la marque de fabrique de l’Algérie officielle. Cela rend service à ses dirigeants qui s’entourent d’un halo de mystère pour ne jamais avoir à rendre des comptes à leur peuple et à la communauté internationale. Et qu’importe pour eux que cela permette à tout un chacun d’écrire tout et n’importe quoi à propos d’un pays qui, c’est certain, mérite bien mieux que son sort actuel.
_

vendredi 25 janvier 2013

La chronique économique : L’économie chinoise en phase de normalisation

_
Le Quotidien d'Oran, mercredi 23 janvier 2013
par Akram Belkaid, Paris
 
L’information n’a étonné personne mais elle mérite d’être analysée. En 2012, la croissance de la Chine a atteint 7,8%, soit son plus bas niveau depuis 1999. Bien sûr, un tel niveau de progression du Produit intérieur brut (PIB) chinois ferait la joie de n’importe quel autre pays. Mais, dans le cas présent, il s’agit de l’économie chinoise, laquelle a habitué la planète à des taux de croissance plus impressionnants (9,3% en 2011 et 10,4% en 2010). Plus important encore, tous les experts s’accordent à dire qu’il ne s’agit pas d’un accident mais bien de l’entrée de la Chine dans un cycle d’expansion plus modeste. Pour 2013, le rythme de création de richesses devrait ainsi repasser la barre des 8% mais le temps des taux de croissance à deux chiffres semble révolu.


LA CONSOMMATION, FUTUR MOTEUR ECONOMIQUE


On le sait, le soutien à la croissance du PIB est l’une des priorités des autorités chinoises. En effet, le maintien d’un haut niveau d’activité est la garantie d’un renforcement des classes moyennes chinoises et d’une diminution du niveau de pauvreté. Durant plusieurs décennies, la potion reposant sur les exportations et l’investissement public a très bien fonctionné. Aujourd’hui, le moteur chinois du commerce extérieur a des ratés ne serait-ce que parce que l’économie mondiale a ralenti. En 2012, les échanges avec l’extérieur n’ont progressé en volume que de 6,2% contre 22% en 2011. En clair, le «made in China» ne suffit plus à doper la croissance du PIB et l’urgence d’un nouveau modèle économique est évoquée depuis plusieurs années.

Pour de nombreux économistes, il est donc temps que Pékin bascule son économie sur la consommation intérieure. Dans un pays où la population dépasse depuis longtemps le milliard d’individus, une telle orientation a du sens. Reste que la consommation ne se décrète pas. Elle doit reposer sur plusieurs piliers qui nécessitent de profondes réformes économiques et politiques. Cela dans un contexte marqué par une transition politique compliquée où personne ne sait vraiment quelles sont les intentions réelles du président Xi Jinping et de son Premier ministre Li Keqiang (les deux hommes ne prendront officiellement les rênes du pays qu’au mois de mars prochain).

Parmi les réformes évoquées pour soutenir l’économie, figure l’amélioration des conditions sociales des travailleurs chinois. En effet, un développement du marché intérieur passe nécessairement par une révision de la protection sociale et par un relèvement du salaire minimum. Cela signifie aussi que les salariés doivent pouvoir disposer d’un pouvoir de négociation avec leurs employeurs, ce qui implique une plus grande autonomie pour des syndicats, jusqu’à présent, tenus en laisse par le Parti communiste. A cela s’ajoute aussi une réforme profonde du système financier afin que le développement du crédit à la consommation soit mieux encadré. Enfin, la consommation va de pair avec la stabilisation des mouvements de travailleurs migrants. Or, ces derniers continuent de passer d’une province à l’autre, avec des droits limités et l’interdiction de s’établir définitivement dans la région où ils travaillent.

BAISSE DES TAUX ET RELANCE ECONOMIQUE

La Chine n’a donc pas encore pris toute la mesure des nouveaux défis qui l’attendent. En attendant le développement du marché intérieur, les autorités continuent donc d’appliquer des recettes classiques pour soutenir l’activité. A l’été 2012, la Banque centrale chinoise (Banque populaire de Chine) a décidé à deux reprises de baisser ses taux directeurs. Dans le même temps, les autorités ont mis en place un programme de relance par l’investissement public de plusieurs dizaines de milliards de dollars avec notamment de nouveaux chantiers d’infrastructures. La potion a été efficace au vu de la bonne tenue de l’économie au quatrième trimestre ( 7,9% de croissance). Mais, cela ne saurait suffire à moyen et long terme pour assurer à la Chine le minimum de 8% de croissance dont elle a besoin pour juguler la pauvreté et prétendre au rang de première économie mondiale, d’ici quelques années.
_

mardi 22 janvier 2013

L'Algérie, les Berbères et le café crème

_
Extrait du témoignage de Hamed-Hocine Abdel-Hamid in Voyage du Kabyle (1991).

Pour faire un crème, on mélange du lait et du café.
Nous (les Berbères) on nous demande de devenir le sucre.
On nous demande de nous dissoudre.
Nous ne l'acceptons pas.
Nous proposons de fusionner :
soyez le café, nous serons le lait
et, ensemble,
créons un crème.

Ce passage interpelle tous les Algériens. Il pose la question récurrente de l'identité. Mais, il le fait avec sagesse et ouverture. On est loin des discours radicaux et excluant.
A méditer et à garder en tête.
_

lundi 21 janvier 2013

L’Algérie, les Etrangers et la décennie noire

_

Comme relevé dans un post précédent, les critiques des capitales occidentales (certes, critiques vite remisées au nom d’une raison pétrolière qui ne dit pas son nom) ainsi que de nombres de médias français (lesquels persistent) à propos des conditions de l’assaut des forces spéciales algériennes ont généré une réaction nationaliste en retour. Dans la liste des arguments censés faire comprendre aux étrangers qu’ils n’ont pas à se mêler des affaires algériennes, s’en trouve un qui revient de manière récurrente : « où étaient ces étrangers durant les années 1990 quand l’Algérie était à feu et à sang ? ». C’est d’ailleurs ce même argument que l’on a entendu durant l’année 2011 quand on prenait le risque de critiquer la relative indifférence de nombre d’Algériens durant les événements du Printemps arabe. Examinons donc cette interrogation. Elle reproche aux capitales étrangères d’avoir laissé les Algériens seuls face à la violence. De manière implicite, elle s’adresse aussi aux peuples étrangers qui seraient donc coupables de non-assistance à Algériens en danger.

Il serait peut-être de réaliser que ce reproche ne veut rien dire. D’abord, d’une façon générale, tous les peuples sont seuls face aux drames qui les assaillent. C’est ainsi. Les Algériens peuvent bien dire qu’ils étaient seuls durant la « décennie noire » mais que diraient alors les Palestiniens ? Et les Syriens aujourd’hui ? Ou même les Yéménites qui vivent actuellement une grave crise qui n’impressionne guère le reste du monde arabe ? Revenons aux Palestiniens mais aussi aux Libanais. Qui se souvient, par exemple, que les Algériens dansaient dans la rue un jour de juin 1982 – c’était pendant la Coupe du monde de football en Espagne après la fameuse victoire contre la RFA – quand l’armée israélienne déferlait sur le Liban ? Oui, les peuples sont toujours seuls et la solidarité à leur égard n’est jamais suffisante quand ils sont dans le malheur.

Ensuite, il faut se poser la question suivante. Qu’aurait-on voulu que ces étrangers fassent ? Qu’ils interviennent dans nos affaires ? Pour s’en mordre les doigts ensuite, comme ce fut le cas de la communauté de Sant’Egidio qui avait tenté de contribuer à une issue politique à la crise algérienne ? Dans un pays travaillé au corps par un nationalisme exacerbé à propos de la souveraineté nationale, il est étrange de lire ou d’entendre de tels reproches. De plus, on feint d’oublier que le drame algérien n’a laissé personne indifférent. Il y a eu des initiatives de solidarité, en Europe comme dans le monde arabe mais aussi aux Etats-Unis et même dans la lointaine Asie, des chaînes d’entraide ont vu le jour. De manière régulière, des peuples ont dit leur émotion, leur tristesse face à ce que les Algériens enduraient. Ce n’était peut-être pas suffisant mais cela a existé. Cessons de croire ou de faire croire que les Algériens ont été abandonnés par tous. Qu’aurait-on voulu, que l’on nous envoie des troupes pour se mêler de nos propres déchirements ?

Car là est une autre raison qui déconsidère l’argument évoqué en début de texte. Cela peut déplaire que de le dire de cette façon, mais les Algériens sont les premiers responsables de ce qui leur est arrivé durant les années 1990. Certes, il serait faux et injuste de parler de responsabilité également répartie. Les tueries, les surenchères politiques, les destructions ont été le fait d’Algériens contre d’autres Algériens. Expliquer cela par l’action ou l’inaction de l’étranger, c’est refuser de regarder son passé en face. C’est refuser d’en tirer les leçons. C’est croire que c’est toujours la faute de l’autre. Et c’est donc se préparer à d’autres déconvenues.
_

dimanche 20 janvier 2013

Paris by night

2013-01-20 19.32.09.jpg

Météo

_
Il pleut à Alger
Il neige à Paris
Il pleure là, ici et ailleurs

                                              Akram Belkaïd
_

samedi 19 janvier 2013

Le pouvoir algérien peut dire merci aux médias occidentaux

_


 

 

Bien que prévisible, le retournement d’une bonne partie de l’opinion publique algérienne est spectaculaire. Hier, c'est-à-dire bien avant le déclenchement de la prise d’otage sur le site gazier de Teguentourine (In Amenas), la vox populi grondait contre un régime jugé coupable de mille et un maux, le dernier étant celui d’avoir autorisé - en catimini - les avions français à emprunter l’espace aérien algérien pour intervenir au nord du Mali. Ensuite, l’attaque par un commando djihadiste de ces installations exploitées par la Sonatrach, BP et Statoil, a d’abord provoqué un effet de sidération et d’accablement. Que des islamistes armés arrivent à toucher le cœur de ce qui constitue la rente algérienne avait de quoi surprendre. De même, cela prouvait une nouvelle fois que rien, ou presque, ne fonctionne normalement dans un pays en proie à une incertitude politique majeure.

 

Et puis, est venu l’assaut de l’armée algérienne et son dénouement sanglant pour une partie des otages. Il ne m’appartient pas ici de juger de la pertinence ou non de cet assaut notamment en ce qui concerne le moment de son déclenchement. Au-delà du drame humain, que nul ne doit contester ou minimiser, ce type de situation n’est jamais simple à gérer. Il est d’ailleurs étonnant de voir des confrères émettre des avis (le plus souvent négatifs) alors qu’ils sont à des milliers de kilomètres du théâtre des opérations et que certains, n’ont peut-être jamais mis les pieds en Algérie. De même, et tout en refusant de se faire le porte-voix du pouvoir algérien, on ne peut s’empêcher de relever l’attitude quelque peu paternaliste voire donneuse d’ordre de certaines capitales occidentales. En effet, pourquoi les autorités algériennes devraient-elles attendre le feu vert de Londres ou Tokyo pour régler un (grave) problème qui se déroule sur leur sol ? Considère-t-on dans ces mêmes capitales que les Algériens n’ont pas à prendre d’initiatives autonomes et qu’ils se doivent d’attendre les bons conseils de Paris, Londres ou Washington ? Passons…

 

En tout état de cause, ces critiques formulées à l’étranger ont eu pour effet de réveiller le nationalisme déjà très ombrageux des Algériens. Aux réserves de Londres, Tokyo ou même Washington, répondent aujourd’hui les imprécations en provenance d’Algérie mais aussi de la diaspora. « On est chez nous, on fait ce que l’on veut et personne n’a de conseils à nous donner ». Tel pourrait être le message de rappel de souveraineté à destination de l’étranger. Et, il faut dire, que les approximations des médias occidentaux, notamment français, cela sans compter la manière presque méprisante (à l’égard de l’armée algérienne) avec laquelle ils ont commenté les événements, ont provoqué la colère. Ce qui, plus important encore, a offert l’occasion au régime algérien – qui n’en demandait pas tant – de ressouder les rangs.

 

Cette colère indignée, qui se traduit notamment par des billets virulents sur les réseaux sociaux (y compris de la part d’opposant au régime d’Abdelaziz Bouteflika), s’explique aussi par le fait que les Algériens ne cessent de rappeler qu’ils ont été seuls et abandonnés à leur sort durant les années 1990, une période de sang et de terreur qui est encore dans les esprits et qui alimente nombre d’amertumes. Les Algériens rappellent aussi qu’ils n’ont jamais accepté le fait que des rançons soient versées pour régler les kidnappings de touristes occidentaux au Sahara. De l’argent dont une partie, disent-ils aujourd’hui, a financé l’armement des preneurs d’otages. Voilà pourquoi les critiques à propos de l’assaut de leur armée horripilent tant les Algériens. Et, pour le pouvoir, c’est une bénédiction d’autant que circulent désormais des thèses selon lesquelles cette prise d’otage aurait été fomentée par la fameuse « main de l’étranger » pour déstabiliser le pays. En clair, le tollé général en Europe, au Japon et aux Etats-Unis à propos de l’assaut, est une belle occasion pour le gouvernement algérien de faire oublier le reste et pour occulter les questions essentielles. Comment une telle prise d’otage a-t-elle pu avoir lieu dans une zone censée être ultra-sécurisée ? Quelles sont les conditions de participation de l’Algérie à l’intervention militaire française au nord du Mali ?  Mais aussi comment sont gérés ces sites gaziers et pétroliers dont on sait qu’ils bénéficient d’une certaine extra-territorialité comme en témoignent des syndicalistes algériens qui n’hésitent pas à parler de zones de non-droit ? Ces questions attendent des réponses et l’effervescence nationaliste – fut-elle justifiée en partie – ne devrait absolument pas les faire passer au second plan. C’est hélas, ce qui est en train de se passer au plus grand bénéfice d’un régime qui reste comptable de tout ce qui s’est passé depuis le début de ce drame jusqu’à sa fin.
_

 

 

 

 

Interview accordée à La Tribune : Prise d'otages en Algérie: "Comment cela a-t-il pu arriver dans une zone aussi militarisée?"

_
La Tribune, 18 janvier 2013
Propos recueillis par Marina Torre | 18/01/2013, 16:13 - 532 mots
L'ancien ingénieur et journaliste algérien Akram Belkaïd s'interroge : comment des terroristes ont-il pu s'en prendre à un complexe d'exploitation gazière situé dans une zone stratégique pour les ressources énergétiques algériennes, jusque là épargnée et placée sous très haute sécurité?
 
L’assaut de l’armée algérienne sur la base gazière de Tiguentourine, près d’In Amenas, dans le sud-est se poursuit, tout comme au Mali d’où a démarré cette crise. Le flou règle encore sur le nombre de morts, d’otages libérés et de personnes toujours présentes sur le site. Dans ce contexte, les commentaires vont déjà bon train et se focalisent notamment sur les enjeux énergétiques pour le premier exportateur de gaz d’Afrique. Des enjeux qui expliqueraient en partie le choix d’Alger d’intervenir rapidement, brutalement et unilatéralement. Des questions qui se posent, mais qui en occulteraient d’autres, bien plus fondamentales aux yeux d’Akram Belkaïd, ancien ingénieur, essayiste et journaliste algérien qui écrit, entre autres, pour le Quotidien d’Oran.


Quel est l’enjeu de cette attaque pour les ressources énergétiques algériennes ?

Akram Belkaïd : Il est certains qu'au-delà du drame humain, la question qui se pose c’est la sécurisation des sites pétroliers et gaziers en Algérie qui jusque là n’avaient pas été touchés. Cela va provoquer un renchérissement des assurances et des difficultés pour les entreprises étrangères sur place pour assurer la sécurité des personnes, leur rapatriement…
Quel est le poids de la base d’exploitation gazière de Tiguentourine elle-même?
Le site compte pour 8 à 12% de la production algérienne. Ce qui est beaucoup. Mais toute la zone alentour, dans un rayon de 500 km est une zone gazière. C’est ça qui pose problème. Il y a une vraie menace. On pensait que ces sites étaient inviolables. Pendant la guerre civile, ils n’avaient jamais été touchés. Une nouvelle étape, un nouveau palier ont été franchis.
Est-ce ce nouveau palier qui explique la réaction rapide des forces de sécurité algériennes ?
Oui, plus que tout, c’est un message envoyé par l’Etat algérien. Ceux qui seraient tentés de faire la même chose savent à quoi il faut s’attendre. Cela a toujours été la stratégie du gouvernement.
Les chancelleries n’ont pas été prévenues de cette action. Cela participe-t-il de cette stratégie ?
Absolument. L’Algérie a l’obsession de sa souveraineté, elle ne supporte pas l’ingérence de l’extérieur. C’est un pays très chauvin, très nationaliste, où l’on ne se soumet pas au bon vouloir d’autrui. Autant le gouvernement avait des problèmes avec son peuple, autant sur ce point, il ne se trouvera pas grand monde en Algérie pour critiquer cette décision.
Les questions qui se posent portent plus sur "comment on en est arrivé là" mais pas sur le fait que l’armée ait agi sans en référer aux capitales étrangères. En fait, je crains que la polémique ne fasse oublier le reste, le cœur du problème : comment cette situation a pu se produire. La télévision française rend service au gouvernement algérien en se focalisant sur l’assaut alors que d’autres problèmes mériteraient d’être abordés comme par exemple la réalité des liens entre cette opération et la situation au Mali?
Quelle est votre explication sur ce dernier point?
Il y a eu beaucoup de relâchement. C’est le signe que l’Algérie est dans une situation difficile. Voilà un pays dont on peut se demander s’il est toujours gouverné ! Avant ces événements, le grand débat c’était de savoir si le président Bouteflika aurait un quatrième mandat.

*Sur la question du Mali, Akram Belkaïd a publié un article sur son blog le 16 janvier.
_
 

vendredi 18 janvier 2013

La chronique du blédard : Ces mots qui, tels des maux, irritent

_
Le Quotidien d'Oran, jeudi 17 janvier 2013
Akram Belkaïd, Paris
 
Il y a des termes et des expressions qui mettent le présent chroniqueur en fureur (ou presque). C’est le cas, et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi, de la liste suivante (non-exhaustive) :« Comité central », « Bureau politique », « Institutions de la Nation », « Plan quinquennal », « réalisations », « accomplissements », « Constantes nationales », « mandat », « révision constitutionnelle », « choix du peuple », « main de l’étranger », « complot » ou encore « famille révolutionnaire ». Entendre ces mots, c’est me sentir sur la défensive avec l’envie d’attraper un marteau pour fracasser celui qui vient de les prononcer. C’est-là, le signe de l’existence d’un stress post-traumatique que je pense être partagé par des millions d’Algériennes et d’Algériens… Mais, il existe aussi d’autres irritations langagières. Commençons par le terme « festif ». Je sais, cela peut paraître bizarre, mais ma détestation de ce mot remonte au début des années 1990. Alors que le pays était à feu et à sang, un zozo m’avait appelé d’une rédaction parisienne pour me demander si je pouvais réécrire mon article sur la situation des médias algériens de façon à le rendre « plus festif »…
 
Evoquons maintenant le vocabulaire sportif. Grâce aux commentateurs et autres consultants, le « tout à fait » s’est répandu comme un poison aux quatre coins de la francophonie (ah, le « tôotaâfé »cher à Canal-Algérie et aux pâtisseries dites huppées de la capitale…). Et, depuis quelques années, ceux qui suivent le foot ne parlent plus d’occasion de but mais d’« opportunité » (par contre, ils ont tendance à abandonner le vilain « scorer »). De même, ne disent-ils plus « un début de match » préférant user et abuser de « l’entame » (ah, que c’est insupportable !). Autre exemple, ils ne diront pas qu’un joueur a levé la tête « pour repérer ses coéquipiers démarqués » mais « qu’il a pris l’information » avant de centrer, comme s’il était équipé d’un capteur ou d’une caméra embarquée.
 
Mais, c’est surtout en entreprise que le terme information est souvent malmené et pris en otage. Par les comptables et les auditeurs, par exemple, dont le travail dépend aujourd’hui de la qualité « du système d’informations » alors qu’il ne s’agit en réalité que de vulgaires collectes et traitements de données. Parler d’information quand on brasse (et arrange) des nombres, cela rend le métier et sa pratique plus honorables. L’entreprise est aussi un nid infesté par l’horripilant franglish : « reporting » (pourquoi ne pas dire tout simplement « rapport » ?), « deadline » (date-butoir), « la to-do list » (pourquoi ne pas inventer un « liste-à faire » ?), « checker » au lieu de vérifier, « forwarder » pour envoyer ou faire suivre…,« implémenter » au lieu d’installer, et si l’on veut « candidater » en ligne, il faudra « renseigner le formulaire » et bien faire comprendre au recruteur que l’on sera des plus « proactifs ».
 
Je déteste ces expressions grandiloquentes comme l’incontournable « toutes choses étant égales par ailleurs » que je soupçonne d’être calquée sur « les conditions normales de température et de pression » propre aux programmes de physique du cycle secondaire. Et les personnes qui l’utilisent en ramenant leurs mains doigt contre doigt, à la manière d’un politicien sur un plateau de télévision, vous parlent de « péréquation » au lieu de dire simplement mode de financement ou de redistribution… (Un peu comme les sociologues qui ne cessent d’user du terme « paradigme » sans jamais nous expliquer ce qu’il signifie…).
 
La vie de tous les jours fournit, elle aussi, son contingent d’expressions urticantes. « Je reviens vers vous ‘de suite’ » me dit tel ou tel employé ou guichetier. Où est donc passé le ‘tout’ ? Le pire, dans l’affaire, c’est que celui qui prononce ce ‘de suite’ pense que la tournure est sophistiquée tout comme lorsqu’on vous assène un pléonasmique « incessamment sous peu ». Parlons aussi du stupide « bonne fin d’appétit » que le serveur vous inflige lorsqu’approche la fin du repas (je préfère de loin les « sèèèrviice » et « san-anté » belgo-suisses). Et que dire de ce « au jour d’aujourd’hui » que l’on entend souvent en guise de propos liminaire. Peut-être faudra-t-il bientôt dire « au jour d’hier » et pourquoi pas « au demain de demain » plutôt qu’après-demain… Je n’oublie pas non plus le très prisé « de vous à moi » qui est censé amorcer une confession prononcée sous le sceau du secret et de la franchise.
 
Revenons aux anglicismes dont il serait vain de dresser la liste complète. Il y a le « définitivement » que l’on emploie comme son faux-ami « definitely » pour dire « sans aucun doute », « absolument » ou « incontestablement ». Commence aussi à se répandre un « actuellement » employé pour dire « en fait » ou « vraiment » ce qui revient à singer le « actually » anglais. Ne parlons plus de défi mais de « challenge » et apprenons qu’un document n’est plus vérifié mais « screené ». Il y a aussi celles et ceux – y compris les scientifiques et universitaires ravagés par le globish - qui vous parleront d’un problème ou d’une affaire à « adresser » (influence de « to address ») plutôt qu’à traiter. Au passage, signalons que ce dernier verbe est devenu le synonyme d’insulter (Madame, il m’a traité…). Et, si un jour est organisé un concours de la meilleure chronique, j’espère que la mienne sera sélectionnée et non pas « nominée » (aujourd’hui, on « nomine » même les ministres…).
 
Voilà donc qui est dit et, actuellement, toutes choses étant égales par ailleurs, cela implémente du bien en soi. Pour finir, en ce jour d’aujourd’hui et à l’opportunité de l’entame de 2013 (et de 2963…), je vous souhaite une bonne fin de lecture et je forwarde, de vous à moi, mes vœux les plus festifs, en espérant que cette nouvelle année vous sera proactive, qu’elle adressera vos soucis et qu’elle sera celle des grandes réalisations. Définitivement.
 
_

jeudi 17 janvier 2013

Que faire pour le Mali ?

_
On le sait, nombre d'Algériens, si ce n'est la majorité, sont opposés à l'intervention française au Mali. Une opposition qui s'est radicalisée lorsqu'ils ont appris, grâce à Laurent Fabius et non pas grâce aux autorités algériennes - lesquelles auraient bien aimé que l'on cache la chose - , que les Rafales français empruntaient l'espace aérien algérien. Cette hostilité n'a rien d'étonnant. Elle naît et s'alimente respectivement par conviction nationaliste, par mémoire historique, par ce qui reste d'anti-impérialisme dans un pays qui a bazardé sa période socialisto-non-alignée pour basculer dans le "bazarisme", et par conviction selon laquelle l'Occident, et en particulier la France, ne fait jamais la guerre sans avoir quelques arrières-pensées.

Tout cela est respectable et compréhensible. Mais, encore faut-il répondre à la question suivante : comment régler la situation au Mali ? Faut-il accepter que ce pays soit divisé ou qu'il tombe entre les mains des groupes djihadistes ? A ce sujet, comment peut-on dire tout le mal que l'on pense de la naissance d'un éventuel "Malistan" ou "Sahelistan" mais exiger que la France cesse son intervention ? Compte-t-on sur un miracle qui ferait que, soudain, l'armée malienne deviendrait plus performante ? Croit-on que des troupes africaines seraient capables de venir seules à bout des djihadistes ? Mais, peut-être que l'on se moque du sort des populations du nord-Mali. Tombouctou ? Zon qu'à se débrouiller. Quant aux amputations, aux destructions de mausolées, les concernés s'y feront...

En réalité, ce genre de situation est l'occasion de postures vertueuses. De celles où l'on rabache les principes de non-ingérence, de refus de tout aventurisme militaire et cela alors que l'on est incapable d'avancer la moindre solution concrète pour, justement, sauver l'intégrité d'un pays. Cela étant dit, la position officielle de l'Algérie reste aussi à connaître. La négociation aurait été privilégiée mais quelle négociation ? Avec des brigands qui rançonnent et trafiquent aux confins algériens ? Est-ce sérieux ?

Que faire pour le Mali : c'est donc "la" question et ce n'est pas basculer dans le néo-conservatisme que de la poser...
_

mercredi 16 janvier 2013

Algérie - Mali, l'engrenage du pire

_
_


Comme tous les peuples, les Algériens ont des faiblesses. L’une d’elles, consiste à créditer nombre de leurs dirigeants de compétences et expertises qui, en réalité, n’existent pas. Ce qui se passe en ce moment dans le sud du pays avec la prise d'otages à In Amenas en est le parfait exemple. Dans un contexte régional explosif –c’est le moins que l’on puisse dire – on nous avait assuré que les frontières étaient fermées et que la vigilance était de mise. Tu parles, Messaoud ! Car voilà qu’une incursion djihadiste met la planète en émoi car elle atteint presque le cœur du cœur du réacteur algérien. Certes, à en croire (ou du moins, à s’obliger à le faire) les autorités, la production gazière n’est pas menacée (ce qui ravira certainement les familles des victimes de l’attaque et les otages !). Mais, tout de même ! Dans les années 1990, alors que le nord de l’Algérie était à feu et à sang, jamais l’industrie des hydrocarbures n’a été menacée de près ou de loin. Ce qui se passe en ce moment est donc tout un symbole, la preuve que les choses ont évolué. En pire. D’ailleurs, on peut dire que cette attaque suivie d’une prise d’otage, ressemble à bien des égards au détournement de l’Airbus d’Air France par un commando du GIA en décembre 1994. A l’époque, cet événement révélateur avait convaincu la communauté internationale que quelque chose de grave se passait en Algérie et que les discours sur le dernier quart d’heure du terrorisme n’étaient que pure communication.


On a souvent fait croire aux Algériens, que leur pays avait une « diplomatie africaine ». Où est-elle aujourd’hui ? Comment se fait-il qu’un tel chaos se soit installé au nord du Mali, pays que n’importe quel étudiant en sciences politiques définirait comme devant nécessairement faire partie de la zone d’influence d’un voisin aussi puissant et ambitieux (du moins en théorie) que l’Algérie (de grâce, que l’on nous épargne l’insupportable blabla sur les principes de « non-ingérence » ? Autres questions : Comment se fait-il que cette intervention militaire française ait disposé d’autant de facilités algériennes et cela contrairement à ce qui s'était passé pour la Libye de Kadhafi ? Comment se fait-il qu’un commando djihadiste puisse circuler aussi facilement dans une bonne partie du sud algérien sans être au moins repéré ? Et où est donc la fameuse expertise algérienne quant aux affaires du Sahel ? En réalité, dans cette affaire, l’Algérie encaisse quand elle n’est pas aux abonnés absents.


On risque de dire que tout cela n'est qu'une savante manipulation (ce qui augmentera l'aura d'une Algérie censée être toujours au centre du jeu comme aiment à l'écrire quelques anciens espions français transformés en thuriféraires du régime algérien). Ou alors que c'est peut-être la proximité de la Coupe d’Afrique des Nations de football qui est responsable d’autant de distraction et de désinvolture. Il est possible aussi que cela soit les soldes parisiennes qui ont occupé l’esprit de quelques décideurs… De même, on ajoutera que ce qui importe à Alger, c’est de savoir comment vendre à l’opinion (la pauvre...) un prolongement du mandat présidentiel jusqu’à 2016 (il paraît que c’est l’alternative à un quatrième mandat). On laissera entendre que, finalement, les choses se tasseront d’elles-mêmes dans le Sahara. Mais on connaît la chanson. Celle du pire qui vient après le pire. Celle des ravages de l’incompétence et de la déprédation.


Ce qui se passe dans le sud algérien n’est rien d’autre que le signe que d’autres catastrophes peuvent subvenir. Car l’enjeu est là et on peut prendre les paris : si cela continue ainsi, si l’Algérie continue à ne pas être gérée comme on doit gérer un pays digne de ce nom, alors le Sahara (et ses richesses) ne seront plus algériens d’ici quelques années (qu’importe la manière dont sera habillée la perte de cette souveraineté). Ne parlons pas de complot, disons simplement que la géopolitique des matières premières, de la drogue et des trafics humains a horreur du vide et qu’une terre, ses populations (il s'agit dans le cas présent des Touaregs trop longtemps négligés) et son sous-sol laissés à l’abandon politique, administratif et même étatique, finit toujours par tomber dans l’escarcelle de celui qui la désire le plus.

_

mardi 15 janvier 2013

La chronique économique : Les agences de notation toujours en question

_
Le Quotidien d'Oran, mercredi 9 janvier 2013
Akram Belkaid, Paris
 
Ce n’est pas encore la révolte générale mais un mouvement de défiance est bel et bien amorcé. Depuis plusieurs mois, de nombreuses entreprises européennes mais aussi des villes, des régions et des collectivités locales ont annoncé leur intention de ne plus être notées par plusieurs agences de notation. C’est le cas de l’assureur français Groupama qui n’accepte de n’être noté que par l’agence Fitch et cela après avoir résilié son contrat avec Standard & Poor’s (S&P).

UN PROCESSUS QUI N’EST PAS OBLIGATOIRE

Cette défiance montante a plusieurs raisons qui rappellent des vérités un peu trop vite oubliées au cours de ces deux dernières décennies où la folie du crédit facile a gangréné l’économie mondiale. La première, c’est qu’il n’existe aucune loi obligeant tel ou tel emprunteur à être noté par une agence. Certes, c’est devenu une obligation de fait, la majorité des prêteurs refusant, de par leurs statuts, d’octroyer des crédits sans l’avis d’une ou deux agences. Mais, encore une fois, rien, en théorie, n’interdit à une entreprise de chercher des financements sans avoir à passer par S&P, Moody’s ou Fitch. La seconde vérité, c’est que le processus de notation a un coût (ce que l’on paye à l’agence pour se faire noter) et, qu’en temps de crise, cela peut s’apparenter à une double punition. En clair, cela revient à payer cher une agence pour ensuite se faire malmener par elle en cas de difficultés financières, fussent-elles temporaires.

Dans le même temps, il est patent qu’aucune leçon de fond n’a été tirée de la crise financière de 2008. On le sait, cette dernière est due, entre autres, à l’explosion de produits financiers basés sur la dette. Or, le plus souvent, ces produits étaient très bien notés par les agences. Ces dernières n’ont donc rien vu de la dangerosité des dérivés de crédits mais aussi de la fragilité du marché des repos (financement à court terme) alors qu’il était de leur responsabilité d’alerter les investisseurs. Plus grave encore, avec le recul de ces quatre dernières années, on se rend compte qu’ayant réalisé leurs erreurs sur le tard, ces agences ont aggravé la crise par des dégradations successives des ratings (Etats, entreprises et collectivités). Incapacité à discerner le risque, réactions intempestives et obsession du court terme, c’est peu dire que l’aura et la crédibilité des agences a été largement entamée.

Au plus fort de la crise, les Etats avaient promis de légiférer pour obliger les agences à plus de maturité et de responsabilité. Aux Etats-Unis, ces dernières peuvent toutefois se réfugier derrière la Constitution puisque le processus de notation est assimilé à l’émission d’une opinion que nul, pas même l’Etat, ne peut contraindre. Par contre, l’Union européenne avait promis un texte ambitieux qui devait faire date. Dans quelques jours, le Parlement européen doit ainsi voter un texte qui exclut les agences de notation des réglementations financières. Une disposition qui n’entrera en vigueur qu’en 2020 et qui ne résoudra pas la question de la création ou non d’une agence transeuropéenne dépendant de la Commission européenne voire de la Banque centrale européenne (BCE).

REPENSER LA PRATIQUE DU CREDIT

De façon générale, les agences de notation posent le problème des ressources internes des prêteurs. Au lieu de développer leurs propres expertises en matière de risques, la majorité des acteurs ont externalisé cette fonction, se reposant presque entièrement sur les agences. Or, il faut se demander si ces dernières ont vraiment la capacité et les moyens de tout suivre, surtout en ces temps de réduction des effectifs. Savoir par exemple que, dans l’une des trois grandes agences de notation, c’est un seul analyste qui suit et note les cinq pays d’Afrique du Nord a de quoi laisser songeur…
_