Lignes quotidiennes

Lignes quotidiennes
Dernier ouvrage paru : Pleine Lune sur Bagdad : http://pleinelunebagdad.blogspot.fr/

mercredi 2 août 2017

La chronique du blédard : « Oligarques », devises et confiance

_
Le Quotidien d’Oran, jeudi 27 juillet 2017
Akram Belkaïd, Paris

C’est une règle qui remonte aux origines du capitalisme moderne, peut-être même l’a-t-elle précédé. Dans le monde des affaires, et dans un premier temps, les hommes (et femmes) d’argent tendront toujours à conspirer de manière à détourner, sans l’enfreindre, la loi ou à profiter de ses faiblesses. Une autre manière de dire les choses est de rappeler que pour cette catégorie particulière de la population active, tout ce qui n’est pas interdit par la loi est forcément légal. Par exemple, c’est sur cette base que s’est développée ce que l’on appelle pudiquement l’ingénierie financière, autrement dit l’outillage dédié à permettre une spéculation de plus en plus sophistiquée. Une ingénierie à la fois complexe et aventureuse qui a débouché sur la grande crise de 2007-008 dont on attend et craint la successeuse mais ceci est une autre histoire.

Le marché, les hommes d’affaires tout comme les fiscalistes ou les avocats ont toujours une ou plusieurs longueurs d’avance sur la législation. L’Etat, censé concevoir, appliquer et défendre cette dernière est donc condamné à une course-poursuite permanente. C’est en partant de cette réalité que l’on comprendra la nécessité de renforcer les pouvoirs de régulation et de contrôle publics. Les affaiblir, par des coupes budgétaires ou des diminutions d’effectifs, c’est laisser libre-cours aux diverses forces de l’argent. L’Etat doit aussi veiller à ce que les opérateurs d’un même secteur ne s’entendent pas entre eux pour fausser la concurrence. Les lois anti-trusts nées aux Etats-Unis à la fin du dix-neuvième siècle en sont l’illustration.

Mais ce qui vient d’être décrit ne vaut que pour un Etat ou un pays fonctionnant normalement. Dans le cas de l’Algérie et de nombreux autres pays du Sud, les choses sont encore plus compliquées. Certes, le poids de l’administration y est important et les « entrepreneurs » ne cessent de critiquer les obstacles qu’ils rencontrent pour développer leurs affaires. Nombre d’entre eux dénoncent aussi, et à juste titre, l’inégalité d’accès aux marchés publics. Mais, comme le montrent les informations récentes à propos du comportement de quelques « oligarques » (un terme bien pompeux pour des affairistes dépendant du bon vouloir politique), la vraie question qui se pose est la conception que se font ces derniers de l’intérêt national.

Aux Etats-Unis, on disait autrefois que ce qui est bon pour General Motors est bon pour l’Amérique (emplois, croissances, etc.). Dans le cas de l’Algérie, on est bien en peine de trouver un exemple phare d’une grande compagnie privée ayant réussi à illustrer la convergence entre intérêt capitaliste et nécessité d’accompagner le développement du pays. L’information relayée par la presse nationale mérite d’être confirmée et explicitée, mais que penser d’un opérateur, influent, qui exporte un produit et le réimporte en le payant dix fois son prix ? Que penser de ces opérateurs qui créent des entreprises à l’étranger pour en être les (uniques) clients ? Que penser de ces nombreuses informations à propos d’importations surfacturées par les fournisseurs étrangers ?

La réponse tient en deux mots : devises et confiance. Les devises d’abord. A bien y regarder de près, le comportement de nombre d’opérateurs algériens est, avant toute chose, l’accumulation de devises étrangères et cela par tous les moyens. Ce n’est pas un fait nouveau. La traque de la devise, sa thésaurisation à l’étranger remontent à longtemps et l’existence d’un marché parallèle de la monnaie – avec parfois de sérieux écarts entre cours officiels et cours au noir – prouve bien l’étendue du problème. Car, après tout, il existe des pays du Sud – on pense à la Tunisie ou même à l’Egypte - dont la monnaie n’est pas totalement convertible, mais qui ne sont pas atteints à ce point par ce type de fuite de capitaux.

La devise, donc. A tout prix. Quitte à affaiblir davantage une économie qui peine à se diversifier et à échapper au poids étouffant de la rente pétrolière. Pourquoi donc ce comportement qui rappelle celui de la bourgeoisie comprador, expression marxiste qui désigne « la classe bourgeoise qui, dans les pays dominés, tire sa richesse de sa position d'intermédiaire dans le commerce avec les impérialismes étrangers, par opposition aux bourgeois ayants des intérêts dans le développement de l'économie nationale. » (source, wikirouge.net) ?


La réponse est liée à la confiance. Ces « entrepreneurs » n’ont aucune confiance à moyen et long terme en l’Algérie. Leur discours peut être saupoudré de considérations nationalistes ou patriotiques, leur rapport au gain et à la devise étrangère indique tout le contraire. L’économie de l’Algérie est pour eux un moyen et certainement pas une fin. Et cette question de confiance n’est donc pas qu’un simple problème économique mais bien politique. Quand c’est la règle du « après moi, le déluge » qui fonde le comportement de patrons très bien introduits, ayant même parfois rang implicite de ministre voire de Premier ministre, c’est la preuve que l’on est en présence d’un problème fondamentalement politique ; que ce n’est pas qu’une simple affaire de respect des lois. C’est l’aveu que ces « gens-là », privilégiés parmi les privilégiés, ne croient même pas à l’avenir d’un pays qui les a faits passer de boutiquiers à « oligarques. »

Aucun commentaire: